Fiche de physique - chimie
> >

VISION ET SYNTHESE DES COULEURS

Partager :
Cette fiche explique les mécanismes de perception et de synthèse des couleurs.

I. Rappels

1. Nature de la lumière visible

La lumière visible est constituée d'ondes électromagnétiques dont la longueur d'onde varie entre 400 et 800 nanomètres (nm).
Cet intervalle est appelé le spectre visible et correspond aux radiations lumineuses que l'oeil humain perçoit.

Vision et synthèse des couleurs : image 8


2. Perception des couleurs

L'oeil humain combine les signaux transmis par trois variétés de cônes tapissant la rétine pour produire la sensation visuelle dite de couleur.
Les couleurs auxquelles sont sensibles les cônes sont le rouge, le vert et le bleu.
La combinaison de ces couleurs permet d'obtenir l'ensemble des couleurs du spectre visible.

II. Définitions

Lumière monochromatique
Une lumière monochromatique est constituée de rayons lumineux d'une seule longueur d'onde.

Exemples :
un laser hélium-néon émet une lumière (quasi) monochromatique rouge de longueur d'onde \lambda = 633 ~ nm ;
les lampes à vapeur de sodium utilisées dans l'éclairage public émettent une lumière jaune-orangé (quasi) monochromatique (\lambda \approx 590 ~ nm).

Lumière polychromatique
Une lumière polychromatique est constituée de rayons lumineux de différentes longueurs d'onde : c'est donc un mélange de lumières colorées.

Exemple : les écrans d'ordinateur émettent une lumière polychromatique.

Lumière blanche
La lumière blanche est constituée de rayons lumineux de TOUTES les longueurs d'onde du domaine visible.

Exemples :
la lumière naturelle est une lumière blanche ;
les lampes à incandescence émettent une lumière blanche.

III. La synthèse additive des couleurs

1. Description

Ce mécanisme permet de synthétiser les différentes couleurs en additionnant les 3 couleurs primaires : le rouge, le vert et le bleu.
Ces couleurs primaires correspondent à celles captées par la rétine de l'oeil humain.
En jouant sur leur combinaison et sur leur intensité, on peut obtenir toutes les teintes que l'homme peut percevoir.

2. Addition des couleurs primaires

1) Si les couleurs primaires sont combinées (additionnées) avec des intensités lumineuses égales alors l'oeil percevra les teintes suivantes :
vert + rouge = jaune ;
vert + bleu = cyan (bleu clair) ;
rouge + bleu = magenta (violet clair) ;
bleu + vert + rouge = blanc.

La figure suivante résume ces combinaisons de couleurs primaires en synthèse additive :
Vision et synthèse des couleurs : image 10

2) En additionnant des couleurs primaires d'intensités différentes, il est possible d'obtenir toutes les autres couleurs.

La figure suivante montre un exemple de combinaisons possibles :

Vision et synthèse des couleurs : image 7

3. Couleurs complémentaires

* En synthèse additive, deux couleurs sont dites complémentaires si leur addition donne du blanc.

* Si deux radiations lumineuses rassemblent toutes les couleurs primaires alors elles sont complémentaires : ainsi le jaune (addition de rouge et de vert) est complémentaire du bleu.

* Les principales couleurs complémentaires sont:
rouge et cyan ;
jaune et bleu ;
magenta et vert.

4. Application : les écrans

Les ordinateurs, les téléphones ou encore les téléviseurs exploitent la synthèse additive pour afficher les couleurs : l'écran y est recouvert de minuscules pixels contenant chacun trois cellules (une rouge, une verte et une bleue) invisibles à l'oeil nu : en activant ces cellules plus ou moins, on obtient un très grand nombre de pixels synthétisant des couleurs variées.

Exemple : regardons par exemple la photo de lampadaire suivante, l'écran émet une combinaison de rouge, de vert et d'un peu de bleu qui nous apparaît jaune orangé.
Vision et synthèse des couleurs : image 11


Remarque :
comme on l'a vu précédemment, la lumière émise par une lampe à vapeur de sodium est une lumière (quasi) monochromatique : ce n'est pas ce qu'émet l'écran lorsqu'il affiche la photo !
l'écran imite (synthétise) la teinte jaune orangé en mélangeant du rouge, du vert et un peu de bleu. Le signal émis par l'écran est polychromatique, mais notre oeil l'interprète comme de la lumière monochromatique jaune orangé (celle émise par le lampadaire lorsqu'on a pris la photo).

IV. La synthèse soustractive des couleurs

1. Description

La synthèse soustractive est obtenue à partir d'une lumière polychromatique en supprimant une ou plusieurs lumières colorées, par absorption d'un ou plusieurs intervalles de longueurs d'onde du spectre visible.
La synthèse soustractive peut être effectuée par exemple en associant plusieurs filtre colorés, ou en mélangeant des peintures.

2. Couleurs primaires

* En synthèse soustractive, les couleurs primaires sont : le cyan, le jaune et le magenta.

* Lorsque les absorptions sont totales on obtient les résultats suivants :
jaune + cyan = vert ;
jaune + magenta = rouge ;
cyan + magenta = bleu ;
jaune + cyan + magenta = noir.

* La figure suivante résume les combinaisons de couleurs primaires en synthèse soustractive :

Vision et synthèse des couleurs : image 9


* En combinant les couleurs primaires (cyan, jaune, magenta) avec des absorptions partielles, il est possible d'obtenir toutes les teintes : c'est ce que fait un peintre lorsqu'il mélange des couleurs sur sa palette.

* Remarque :
Les couleurs primaires et complémentaires ne sont pas les mêmes en synthèse additive et en synthèse soustractive.

3. Soustraction de couleurs

La lumière blanche étant composée de rouge, de vert et de bleu, le résultat d'un mélange peut être retrouvé en analysant les différentes soustractions de couleurs, sachant que:
le jaune correspond à une absorption totale de bleu ;
le cyan à une absorption totale de rouge ;
le magenta à une absorption totale de vert.

On en déduit que :
le jaune combiné au magenta correspond à une absorption totale de bleu et vert, il ne reste donc que du rouge ;
le jaune combiné au cyan correspond à une absorption totale de bleu et de rouge, il ne reste donc que du vert ;
le cyan combiné au magenta correspond à une absorption totale de rouge et de vert, il ne reste donc que du bleu ;
la combinaison du jaune, du cyan et du magenta correspond à une absorption totale de vert, de rouge et de bleu, par conséquent il ne reste plus aucune lumière et on obtient du noir.

4. Couleurs complémentaires

En synthèse soustractive, deux couleurs sont complémentaires si leur combinaison donne du noir (donc si tout le spectre visible est absorbé). Ainsi le jaune et le bleu sont complémentaires.

V. Couleur d'un objet

Au sens usuel, la couleur d'un objet est celle que l'on perçoit lorsque l'objet est éclairé en lumière blanche : c'est ainsi que le ciel est bleu et l'herbe verte.
En fait, la couleur d'un objet dépend de la manière dont l'objet diffuse la lumière, mais aussi de l'éclairage : le résultat sera différent selon que l'éclairage est en lumière blanche, colorée monochromatique ou colorée polychromatique.

1. Objet éclairé en lumière blanche

Propriété
Tout objet opaque éclairé en lumière blanche absorbe une partie de cette lumière et ne diffuse que la lumière correspondant à sa couleur au sens usuel.

Exemples :
un objet vert absorbe le bleu et le rouge et ne diffuse que la lumière verte ;
un objet jaune absorbe le bleu et diffuse les lumières rouge et verte, ce mélange nous apparaîssant jaune ;
un objet orange absorbe le bleu et une partie du vert, et diffuse le rouge et la partie restante de vert (non absorbée).
un objet blanc n'absorbe aucune lumière, il réémet toute la lumière recue.
un objet noir absorbe toute la lumière et ne diffuse rien.

2. Objet éclairé en lumière monochromatique

Pour rappel, une lumière monochromatique est constituée de rayons lumineux d'une seule longueur d'onde qui correspond à une couleur bien précise du spectre visible.

Propriété
Si un objet est éclairé en lumière monochromatique, deux cas peuvent se présenter :
s'il absorbe la longueur d'onde correspondante, il apparaîtra noir ;
s'il diffuse cette longueur d'onde, il apparaîtra de la même couleur que la lumière incidente.

Exemples : imaginons que l'on utilise des filtres pour éclairer des objets en lumière (quasi) monochromatique.
Un objet jaune (absorbant le bleu et ne diffusant que le vert et le rouge) :
semblera vert avec une lumière monochromatique verte ;
apparaîtra rouge avec une lumière rouge ;
mais sera noir avec une lumière bleue !

3. Objet éclairé en lumière polychromatique

Pour rappel, une lumière polychromatique est un mélange de lumières colorées : par exemple, le magenta (polychromatique) est un mélange de bleu et de rouge.
Propriété
Pour déterminer la couleur d'un objet éclairé en lumière polychromatique, il faut retenir uniquement la ou les couleurs diffusées par l'objet et présentes dans la lumière incidente.

Exemples : imaginons un éclairage polychromatique de teinte cyan (mélange de bleu et de vert):
un objet rouge semblera alors noir car il absorbe et le bleu et le vert ;
un objet jaune semblera vert car il diffuse le vert mais absorbe le bleu.

VI. APPLICATION : le drapeau francais est-il belge ?

Cet exercice a pour but de montrer que la couleur d'un objet dépend de son éclairage et n'est donc pas une propriété de l'objet lui-même.

1) Considérons un drapeau francais éclairé en lumière blanche, comme indiqué sur la figure suivante, sur la gauche : comment apparaît-il s'il est éclairé avec une lumière polychromatique jaune (mélange de vert et de rouge) ?

Vision et synthèse des couleurs : image 6


Pour répondre à cette question, il faut d'abord déterminer comment le drapeau diffuse la lumière blanche (considérée ici comme un mélange de rouge, de vert et de bleu).
la partie gauche est bleue : elle absorbe donc le rouge et le vert et ne diffuse que le bleu ;
la partie centrale est blanche: elle diffuse donc toute la lumière incidente ;
la partie droite est rouge: elle absorbe donc le bleu et le vert et ne diffuse que le rouge.

2) Imaginons que l'on éclaire le drapeau francais d'une lumière jaune (mélange de rouge et de vert). Que devient-t-il ?

La matière du drapeau diffuse la lumière toujours de la même manière, mais la lumière incidente change : c'est désormais un mélange de vert et rouge (sans couleur bleue). Il faut donc déterminer comment ces 2 couleurs sont diffusées par le drapeau :
la partie gauche absorbe le rouge et le vert et apparaît donc noire (puisque la lumière jaune ne contient que du rouge et du vert) ;
la partie centrale diffuse toute la lumière incidente, donc ici le jaune ;
la partie droite absorbe le bleu et le vert et ne diffuse que le rouge, donc elle apparait en rouge puisque la lumière jaune contient du vert (absorbé) et du rouge (diffusé).

En lumière jaune, le drapeau francais devient donc belge !

3) Pour terminer, voici l'aspect du drapeau francais éclairé avec d'autres lumières :

Vision et synthèse des couleurs : image 3


Publié le
ceci n'est qu'un extrait
Pour visualiser la totalité des cours vous devez vous inscrire / connecter (GRATUIT)
Inscription Gratuite se connecter
Merci à
krinn Correcteur
pour avoir contribué à l'élaboration de cette fiche


Mentions légales - Retrouvez cette page sur l'île de la physique - chimie
© digiSchool 2020

Vous devez être membre accéder à ce service...

Pas encore inscrit ?

1 compte par personne, multi-compte interdit !

Ou identifiez-vous :


Rester sur la page

Inscription gratuite

Fiches en rapport

parmi 228 fiches de physique

Désolé, votre version d'Internet Explorer est plus que périmée ! Merci de le mettre à jour ou de télécharger Firefox ou Google Chrome pour utiliser le site. Votre ordinateur vous remerciera !