Fiche de physique - chimie
> >

DE L'ATOME VERS DES ENTITÉS PLUS STABLES CHIMIQUEMENT :

LES MOLÉCULES ET LES IONS

Partager :

I. Les principales entités chimiques

1. Les atomes

* Pour rappel :


Un atome est une entité électriquement neutre composée d'un noyau (constitué de nucléons, qui sont soit des protons, soit des neutrons) et d'un nuage d'électrons gravitant autour de ce noyau.
Ces électrons sont répartis autour du noyau sur des couches électroniques différentes, admettant chacune un nombre d'électrons et un nombre de sous-couche(s) bien déterminés.
Cette configuration électronique d'un atome et plus particulièrement sa couche externe lui confère des propriétés qui lui sont propres : c'est la classification périodique des éléments.

* Toutes les notions à connaître sont détaillées dans la fiche suivante :

fiches Cortège électronique de l'atome et classification périodique


2. Les ions monoatomiques

Définition

Un cation est un atome capable de céder 1, 2 ou 3 électrons : c'est un ion monoatomique chargé positivement.
Un anion est un atome capable de capter 1, 2 ou 3 électrons : c'est un ion monoatomique chargé négativement.

* Exemples d'ions monoatomiques :
l'ion hydrogène, noté H^+, est chargé positivement : il a cédé 1 électron ;
l'ion chlorure, noté Cl^-, est chargé négativement : il a capté 1 électron ;
l'ion calcium, noté Ca^{2+}, est chargé positivement : il a cédé 2 électrons.

* Remarque : il existe des ions polyatomiques qui seront étudiés en classe de première.

3. Les molécules


a. Notion
Définition
Un molécule est une entité chimique électriquement neutre comprenant un ensemble d'atomes (au moins deux) identiques ou non, liés entre eux par une ou plusieurs liaisons dites de covalence (ou liaisons covalentes).

* Remarque (hors programme) : il existe des forces plus faibles telles que les liaisons hydrogène et celles de type van der Waals à l'état liquide et/ou solide.


b. Liaison covalente (ou liaison de covalence)
Définition
Une liaison covalente résulte de la mise en commun de 2 électrons de valence (= électrons sur la couche externe) entre deux atomes.
Ces électrons sont appelés doublet de liaison ou doublet liant.
Le partage de 1, 2 et 3 paires d'électrons s'appelle respectivement liaison simple, liaison double et liaison triple.

c. Formule brute d'une molécule
Définition
La formule brute d'une molécule correspond à l'écriture la plus compacte pour décrire sa composition.
Elle est construite à partir du symbole des atomes la constituant et de leurs nombres respectifs indiqués en indice.

* Exemple : l'air est constitué essentiellement de molécules de diazote (N_2) et de dioxygène (O_2), mais également de dioxyde de carbone (CO_2) et de méthane (CH_4) dans des proportions moindres.

II. Stabilité d'un ion monoatomique

1. Gaz nobles et configuration électronique

* L'hélium, le néon, l'argon, le krypton, le xénon et le radon forment la famille des gaz nobles. Ces derniers sont situés sur la 18ème colonne de la classification périodique des éléments.

* Les gaz nobles ne réagissent jamais avec une autre entité chimique, ils sont donc caractérisés par une très grande stabilité (ou inertie chimique). C'est la raison pour laquelle ils sont également désignés comme étant des gaz rares ou gaz inertes.

* Cette stabilité (ou inertie chimique) s'explique de par leur configuration électronique : ces derniers possèdent une couche électronique externe saturée (= remplie) dite en duet (2 électrons pour l'hélium) ou en octet (8 électrons pour les autres) :
l'hélium, noté He, de numéro atomique Z = 2, a pour configuration électronique 1s2, soit 2 électrons de valence (d'où le substantif duet) ;
le néon, noté Ne, de numéro atomique Z = 10, a pour configuration électronique 1s22s22p6, soit 8 électrons de valence (d'où le substantif octet) ;
l'argon, noté Ar, de numéro atomique Z = 18, a pour configuration électronique 1s22s22p63s23p6, soit 8 électrons de valence (d'où le substantif octet) ;
etc.

2. Règle de stabilité (ou règle du duet et de l'octet)

* Dans la nature, quelle que soit la transformation opérée (chimique, physique ou nucléaire), les entités chimiques cherchent à tendre vers des états plus stables.

* En l'occurrence ici, les atomes vont chercher à gagner ou perdre des électrons pour acquérir une configuration électronique externe en duet ou en octet d'un gaz noble.

Règle de stabilité (ou règle du duet et de l'octet)
Les atomes dont le numéro atomique est proche de Z = 2 dans la classification périodique vont chercher à obtenir une couche externe saturée (= remplie) en duet (1s2), qui est celle de l'hélium.
Les autres atomes (Z \ge 4) cherchent à obtenir une couche externe saturée (= remplie) en octet (ns2np6), qui correspond à celle du gaz noble le plus proche dans la classification : néon ou argon.

* Remarque importante : pour connaître l'ion monoatomique le plus stable, l'atome correspondant doit céder ou capter le moins d'électrons possible.

* Exemple :
l'atome de chlore, noté Cl, de numéro atomique Z = 17, a pour configuration électronique 1s22s22p63s23p5 ;
d'après la classification périodique des éléments, le gaz noble le plus proche est l'argon (Ar) dont la configuration électronique est 1s22s22p63s23p6 ;
ainsi, pour remplir (ou saturer) sa couche externe en octet, ce dernier doit capter 1 électron : c'est l'ion chlorure, noté Cl^-, de même configuration électronique que l'argon (1s22s22p63s23p6).

III. Stabilité d'une molécule, représentation de Lewis et énergie de liaison

1. La molécule, une entité chimique également stable

* Comme nous l'avons vu précédemment, une liaison covalente résulte de la mise en commun de 2 électrons de valence (= électron sur la couche électronique externe) entre deux atome, appelés doublet liant (ou doublet de liaison).

* Le doublet liant permet donc à chaque atome impliqué de gagner un électron sur sa couche externe : il est symbolisé par un tiret. Ainsi une liaison double permettra à l'atome de gagner 2 électrons sur sa couche externe et une liaison triple 3 électron.

Définition
Un doublet non liant est une paire d'électrons de la couche externe d'un atome qui n'est pas impliquée dans une liaison de covalence.

* En vertu de la règle du duet et de l'octet :
chaque atome d'une molécule va donc chercher à capter ou céder le nombre suffisant d'électrons de manière à acquérir une configuration électronique stable (= couche externe saturée en duet ou en octet) ;
l'atome acquiert ainsi la configuration électronique du gaz noble le plus proche dans la classification périodique (couche externe en 1s2 ou ns2np6) ;
c'est cette règle de stabilité qui fixe le nombre de liaisons de covalence (simple, double ou triple) que peuvent former les atomes : on en déduit ensuite le nombre de doublet(s) non liant(s) formé(s).

2. Modèle de Lewis d'une molécule

Définition
Le modèle de Lewis est une représentation en deux dimensions de la structure électronique externe des atomes constituant une molécule.
Seuls les électrons de valence sont considérés. On obtient ainsi une certaine vision de la structure électronique de la molécule : nombre de doublet(s) liant(s), de doublet(s) non liant(s) et ses lacunes éventuelles.

Exemple de la molécule de dichlore :
sa formule brute est Cl_2 ;
nous avons vu précédemment que l'atome de chlore, noté Cl, de numéro atomique Z = 17, a pour configuration électronique 1s22s22p63s23p5 ;
nous avons également vu que pour remplir (ou saturer) sa couche externe en octet, l'atome de chlore (Z = 17) doit capter 1 électron : c'est l'ion chlorure, noté Cl^-, de même configuration électronique que l'argon (1s22s22p63s23p6) ;
ce dernier va donc mettre en commun 2 électrons avec un autre atome de chlore pour former 1 doublet liant et ainsi acquérir la même configuration électronique que l'ion chlorure (et donc celle du gaz noble argon) ;
les 6 autres électrons de valence formeront alors des doublets non liants (soit 3 au total) ;
finalement la représentation de Lewis sera donc :

De l'atome vers des entités plus stables chimiquement : les molécules et les ions : image 1

3. Energie de liaison

* La formation d'une liaison covalente entre deux atomes est une transformation qui conduit à libérer de l'énergie : on dit qu'il s'agit d'un processus exothermique.

* A l'inverse, la rupture d'une liaison covalente entre deux atomes d'une molécule requiert de l'énergie (dite énergie de liaison) : on dit qu'il s'agit d'un processus endothermique.

* Plus la liaison à rompre est forte, plus la quantité d'énergie qu'il faudra fournir est importante.

* Cette énergie à fournir peut par exemple l'être sous forme thermique.

* Au cours d'une fichestransformation chimique, des liaisons covalentes sont rompues et d'autres sont formées.

Publié le
ceci n'est qu'un extrait
Pour visualiser la totalité des cours vous devez vous inscrire / connecter (GRATUIT)
Inscription Gratuite se connecter
Merci à
gbm Webmaster
pour avoir contribué à l'élaboration de cette fiche


Mentions légales - Retrouvez cette page sur l'île de la physique - chimie
© digiSchool 2020

Vous devez être membre accéder à ce service...

Pas encore inscrit ?

1 compte par personne, multi-compte interdit !

Ou identifiez-vous :


Rester sur la page

Inscription gratuite

Fiches en rapport

parmi 228 fiches de physique

Désolé, votre version d'Internet Explorer est plus que périmée ! Merci de le mettre à jour ou de télécharger Firefox ou Google Chrome pour utiliser le site. Votre ordinateur vous remerciera !